telefrench.com
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Kystes vaginaux : causes, symptômes et traitement

Les kystes vaginaux sont des poches fermées d’air, de liquide ou de pus sur ou sous la paroi vaginale. Il existe plusieurs types de kystes vaginaux, qui peuvent être provoqués par des lésions au cours de l’accouchement, l’accumulation de liquide dans les glandes ou par des grosseurs bénignes (non cancéreuses) dans le vagin.

Les kystes ne causent généralement aucun symptôme, mais ils peuvent provoquer un léger inconfort. Les kystes vaginaux restent généralement de petite taille et n’exigent souvent pas de traitement. Toutefois, certains types de kystes peuvent grossir et entraîner de la douleur, des démangeaisons ou une augmentation du risque d’infection.

Types

Il existe de nombreux types de kystes vaginaux. Les types les plus courants incluent les kystes épithéliaux d’inclusion, les kystes wolffiens et les kystes de la glande de Bartholin.

Kystes épithéliaux d’inclusion

Les kystes épithéliaux d’inclusion sont le type le plus courant de kystes vaginaux. Ils peuvent survenir au cours d’un accouchement ou après une opération. Ce type de kyste est provoqué par une lésion dans la paroi vaginale.

Kystes wolffiens

Le canal de Gartner se trouve lorsqu’un fœtus se développe dans l’utérus. Ce canal disparaît généralement après l’accouchement. Toutefois, si le canal reste après l’accouchement, du liquide peut s’y accumuler et se transformer par la suite en kyste sur les parois vaginales. Selon un rapport publié en 2011 par Emergency Medicine News, les canaux de Gartner se rencontrent chez environ 25 % des femmes adultes. Pratiquement 1 % de ces canaux se transformera en kystes wolffiens (Letizia & Kelly, 2011).

Kyste de la glande de Bartholin

La glande de Bartholin est située près de l’ouverture du vagin sur les lèvres. Si un lambeau de peau se développe sur la glande, du liquide peut remonter dans la glande et former un kyste. Ce kyste est généralement sans douleur. Si le kyste s’infecte, il peut provoquer un abcès. Un abcès est une accumulation de pus. Selon la revue American Family Physician (AFP), les kystes de la glande de Bartholin surviennent chez environ 2 % des femmes (AFP, 1998).

Par ailleurs, des grosseurs bénignes (non cancéreuses) dans le vagin sont généralement constituées par des kystes.

Symptômes

Les kystes vaginaux ne sont généralement pas associés à des symptômes quelconques. Une femme peut remarquer une petite bosse sur la paroi du vagin ou bien ressentir de la douleur ou un inconfort durant les rapports sexuels ou lorsqu’elle insert un tampon périodique. Consultez votre médecin si vous remarquez une grosseur à l’intérieur du vagin ou qui sort du vagin.

Diagnostic

Au cours d’un examen gynécologique de routine, un gynécologue examinera la paroi vaginale. Un gynécologue est un médecin spécialisé dans le traitement et la prévention des maladies de l’appareil reproducteur. Il pourra également examiner vos antécédents médicaux et vous poser des questions sur vos symptômes, le cas échéant. Votre médecin pourra également souhaiter pratiquer des examens supplémentaires pour éliminer certaines pathologies, notamment :

  • biopsie (prélèvement de tissu du kyste) pour éliminer la possibilité d’un cancer vaginal ;
  • analyse des sécrétions du vagin ou du col de l’utérus pour déterminer la présence d’une infection sexuellement transmissible (IST) ;
  • radiographie si les kystes sont situés sous la vessie ou dans l’urètre.

Traitement

Les kystes vaginaux devront être surveillés pour voir s’ils grossissent au cours des examens de routine. Si le kyste grossit et/ou cause des symptômes sévères, une opération pour le retirer pourra être pratiquée. Si un kyste cause une infection ou un abcès, des antibiotiques pourront être prescrits.

Complications

Les complications suite à des kystes vaginaux sont rares. Toutefois, les kystes peuvent grossir avec le temps, ce qui peut augmenter la douleur et l’inconfort, ainsi que le risque d’infection. L’opération pour retirer un kyste peut entraîner un risque d’infection ou d’autres complications au site d’excision.

Long terme

Les perspectives sont généralement très bonnes. Ces kystes sont généralement bénins et resteront de petite taille. Les kystes qui sont retirés par intervention chirurgicale ne réapparaissent généralement pas.

Related posts

Trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive (TPOC) : causes, symptômes et traitement

Irene

L’entéroscopie : causes, symptômes et traitement

Irene

Actinomycose pulmonaire : causes, symptômes et traitement

Irene