telefrench.com
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Audiométrie : causes, symptômes et traitement

L’examen d’audiométrie teste la qualité des fonctions auditives. Ce test recouvre à la fois l’intensité et la tonalité des sons, afin de déterminer la qualité de l’audition de la personne. Il sert à diagnostiquer la perte d’audition.

Le test d’audiométrie est administré par un audiologiste (à savoir un praticien spécialiste de la perte auditive, des problèmes d’équilibre, ainsi que d’autres problèmes liés au fonctionnement de l’oreille interne).

Une oreille humaine en bonne santé est capable de capter des sons discrets tels que des murmures ou le tic-tac d’une horloge. L’examen d’audiométrie détermine le degré d’intensité et de tonalité des sons qui sont perçus par la personne.

L’intensité des sons se mesure en décibels (dB). À titre d’exemple, le murmure humain s’inscrit aux alentours des 20 dB, tandis qu’un moteur d’avion sera compris entre 140 et 180 dB. La tonalité d’un son se mesure en cycles par secondes sur une échelle en Hertz (Hz). Les tonalités basses faibles se situent aux alentours de 50 Hz. L’oreille humaine perçoit les tonalités entre 20 et 20 000 Hz. La parole humaine s’inscrit généralement dans une fourchette comprise entre 500 et 3 000 Hz.

Utilisation

L’examen d’audiométrie a pour objet de déterminer la qualité de l’ouïe. Cette démarche peut s’inscrire dans le cadre d’un dépistage de routine, ou en réponse à une perte d’audition perceptible.

Les causes les plus courantes d’une perte d’audition sont notamment les suivantes :

  • une anomalie congénitale ;
  • des infections auriculaires chroniques ;
  • une malformation congénitale (l’otosclérose par exemple) dans le cadre desquelles une croissance osseuse anormale empêche les structures internes de l’oreille de fonctionner correctement ;
  • les lésions auriculaires ;
  • les pathologies de l’oreille interne (par exemple le syndrome de Ménière) ou une maladie auto-immune affectant l’oreille interne ;
  • une exposition régulière à des bruits forts ;
  • une rupture de tympan ;

les bruits de plus de 85 dB (un concert rock, par exemple) peuvent entraîner une perte auditive au bout de quelques heures ; Si vous êtes fréquemment exposé(e) à une musique forte ou à des bruits industriels, il est préférable, à titre de précaution, de porter des protections auditives (boules Quiès, par exemple) ;

Risques

L’audiométrie, qui ne présente aucun caractère invasif, est sans risque.

Préparation

L’examen audiométrique n’implique aucune préparation spéciale. Il vous appartient simplement de vous présenter à l’heure à votre rendez-vous et de suivre les instructions de votre audiologiste.

Test

Test

L’audiométrie implique l’utilisation d’un audiomètre, un appareil qui émet des sons via des écouteurs. L’audiologiste ou son assistant(e) vont vous passer divers types de sons (tonalités et paroles), à divers intervalles dans une seule oreille à la fois.

L’audiologiste va vous donner des instructions pour chaque son. Par exemple, il ou elle pourra vous demander de lever la main lorsqu’un son devient audible. Cette approche contribue à déterminer l’intensité minimale ou le volume le plus faible que vous percevez.

Un diapason (instrument métallique produisant des vibrations) sera éventuellement utilisé pour déterminer la qualité des vibrations perçues par le sujet. Le médecin pourra placer cet instrument métallique contre l’os derrière l’oreille (mastoïde), ou bien utiliser un oscillateur osseux afin de déterminer la qualité de la transmission par l’os des vibrations à l’oreille interne. L’oscillateur est un instrument mécanique qui transmet des vibrations comparables à celles produites par un diapason.

Cet examen ne provoque aucune gêne ni inconfort et peut prendre environ une heure.

Suivi

Après l’examen, votre audiologiste va vous inviter à vous pencher sur les résultats avec lui. En fonction de la qualité de votre perception du volume et de la tonalité, votre médecin va vous indiquer des mesures de prévention adaptées à vos besoins (par exemple le port de bouchons de protection pour les oreilles en cas de bruits élevés), ou encore des mesures correctrices (par exemple le port d’un appareil auditif).

Related posts

Prévention de l’arythmie : causes, symptômes et traitement

Irene

Traitements de la polyarthrite rhumatoïde : causes, symptômes et traitement

Irene

Prévention de l’arthrose : causes, symptômes et traitement

Irene