telefrench.com
Image default
Santé / Médecine / Paramédical

Névrome acoustique : causes, symptômes et traitement

Un névrome acoustique est une tumeur non cancéreuse qui se développe sur le nerf reliant l’oreille au cerveau. Étant bénigne, cette tumeur ne se répand pas à d’autres parties du corps. Cependant, elle peut atteindre une taille susceptible d’endommager des nerfs importants.

Selon l’Association américaine du névrome acoustique, une personne sur 50 000 présente ce type de tumeur.

Risques

On ne connaît qu’un seul facteur de risque de névrome acoustique : avoir un parent atteint de neurofibromatose de type II, qui est une maladie génétique. Cependant, la grande majorité de ces tumeurs apparaissent spontanément. Elles peuvent toucher des personnes n’ayant aucun antécédent familial d’une telle maladie.

Les scientifiques ne comprennent toujours pas pourquoi certaines personnes contractent ces tumeurs. Certains facteurs de risque peuvent inclure :

  • bruits intenses.
  • un névrome parathyroïde. Il s’agit d’une tumeur bénigne de la thyroïde.
  • exposition à de faibles niveaux de radiation pendant l’enfance

Symptômes

Les petits névromes sont rarement accompagnés de symptômes. Ces derniers n’apparaissent que quand la tumeur grandit à tel point qu’elle fait pression sur les nerfs environnants. Un des symptômes les plus fréquents de cette maladie est une perte graduelle de l’ouïe dans une oreille. En général, cette perte de l’ouïe se produit lentement, mais elle peut aussi commencer soudainement. Il est aussi fréquent d’avoir des vertiges et un bourdonnement (acouphène) dans les oreilles. Ces tumeurs peuvent également provoquer un engourdissement du visage, de la faiblesse et des problèmes d’équilibre.

Au nombre des symptômes moins courants figurent :

  • maux de tête
  • problèmes de vision
  • difficulté à comprendre la parole
  • douleur au visage ou à l’oreille
  • engourdissement du visage ou de l’oreille
  • fatigue

Diagnostic

Si vous subissez une perte de l’ouïe ou d’autres symptômes neurologiques, il est important de le consigner. Ce compte rendu pourra aider le médecin à diagnostiquer le problème.

La première étape dans l’établissement d’un diagnostic est un historique détaillé de vos symptômes. Si vous souffrez d’un névrome, vous devrez probablement subir un examen audiométrique. D’autres tests pourront aussi être nécessaires.

  • Des tests de réponses auditives du tronc cérébral peuvent vérifier la fonction neurologique et la fonction acoustique.
  • L’électronystagmographie détecte des changements dans les mouvements oculaires pouvant être causés par des problèmes d’oreille interne.
  • L’IRM et la TDM peuvent fournir des images de l’intérieur de votre tête.

Traitement

Votre âge, état de santé et la taille de votre tumeur affecteront votre traitement.

Un traitement n’est pas toujours nécessaire. En cas de petit névrome acoustique, le médecin peut se contenter de surveiller sa croissance à l’aide d’examens IRM réguliers. Cependant, en l’absence de traitement, du liquide peut parfois s’accumuler dans le cerveau. Cet état potentiellement mortel s’appelle l’hydrocéphalie.

Si votre tumeur est relativement petite, le médecin peut essayer d’entraver sa croissance au moyen d’une radiochirurgie stéréotactique. Lors de cette intervention, des radiations sont appliquées à une petite région spécifique de votre tête. L’intervention n’est pas invasive, mais très lente. Il peut falloir des mois ou des années pour se débarrasser d’une tumeur avec cette technique. C’est pourquoi on ne l’utilise généralement que pour de très petites tumeurs. On la privilégie aussi quand la chirurgie présente trop de risques ou quand des tumeurs résiduelles restent après l’opération.

Il sera peut-être nécessaire d’opérer si votre tumeur est très grande ou se développe rapidement. La chirurgie peut aussi s’avérer nécessaire si la tumeur se rapproche d’une partie vitale du cerveau. Pendant l’opération, la tumeur peut être retirée soit par le crâne, soit directement par l’oreille. La convalescence peut prendre de quelques jours à quelques semaines.

Cette chirurgie peut être suivie de nombreuses complications et comporte de nombreux risques. Citons notamment :

  • perte totale de l’ouïe
  • affaiblissement des muscles du visage
  • acouphène
  • fuite de liquide céphalorachidien à l’incision
  • problèmes d’équilibre
  • maux de tête persistants

Il est important de consulter votre médecin traitant dès l’arrivée des premiers symptômes du névrome. C’est le seul moyen de préserver votre ouïe. Une fois l’ouïe perdue, aucun traitement ne pourra la rétablir.

Related posts

Torsion testiculaire : causes, symptômes et traitement

Irene

Traitements non conventionnels de la crise cardiaque : causes, symptômes et traitement

Irene

Papillome intracanalaire : causes, symptômes et traitement

Irene